fbpx

La lecture n’est-elle pas la base du savoir ?

La lecture n’est-elle pas la base du savoir ?

Souvent, derrière la liste des fournitures scolaires se cache celle des livres ! Elle n’est certes pas très appréciée des parents qui doivent se rendre dans les librairies ou les sites internet pour commander les livres… Et ils se demandent en plus dans quelle étagère ils vont bien pouvoir les ranger ! N’ayez crainte… Vos enfants partagent ces mêmes préoccupations quand il s’agit des livres scolaires. Et pourtant, les livres sont la base du savoir.

Sans aucun doute, ce sont les parents, l’enseignant et l’adulte référent qui sont responsables de la transmission ou non de l’appréciation de la lecture. Nul besoin ici de vous rappeler qu’il est inutile d’imposer aux enfants de s’intéresser aux livres si vous-même vous n’en êtes pas convaincu. 

Cependant, il est important de (re)donner envie de lire car selon les âges et le stade de développement de l’enfant, les livres ont le pouvoir d’éveiller la curiosité, et à l’imaginaire de s’exprimer. Les contes que vous racontez illustrent les questionnements que l’enfant se pose ; notamment autour de la question de l’inceste, de la fratrie et de la sexualité. Le psychanalyste Bruno Bettheleim, dans son ouvrage L’interprétation des contes de fées, donne une analyse assez précise du sens et des enjeux psychologiques des contes. A  travers les personnages de bandes dessinées ou de romans, l’enfant peut se projeter ou s’identifier à eux. Ainsi, il développe son sens de la créativité et de la représentation.

Par ailleurs, le conte est une tentative de traitement fondamental des angoisses ; d’où l’importance pour l’enfant que vous racontiez des histoires avant l’endormissement de l’enfant pour apaiser ses peurs archaïques et ses terreurs nocturnes, grâce notamment aux dénouements toujours heureux des contes. Ces moments de lecture sont également important pour votre présence auprès de l’enfant pour l’accompagner dans son processus d’endormissement. Si l’enfant réclame une histoire encore et encore, c’est notamment dans le but de pouvoir baisser les tensions qui l’habitent. 

C’est en CM1/CM2 que l’enfant devient autonome et qu’il choisit les livres qu’il souhaite. Il est bon de respecter ses choix : votre enfant réclame son autonomie et désire découvrir le monde qui s’ouvre à lui. C’est aussi l’âge où l’enfant veut faire comme les grands. Ainsi, s’il a coutume de voir dans son environnement des adultes qui lisent ; à son tour, il en fera de même. Veiller tout de même à rester près de lui car l’unique intérêt de l’enfant est de rendre ses parents fiers de lui. 

Au collège ou au lycée, tout se complique. Votre enfant est contraint non seulement de lire les livres mais de répondre correctement aux exercices de compréhension, de résumés et de fiches de texte. En cas d’échec, votre adolescent court le risque de se sentir en-deçà de ses capacités et de projeter sur le livre son manque de confiance en lui.  Or, telle une toile de Soulages, chacun doit avoir le droit d’interpréter l’histoire racontée par l’artiste à travers son œuvre, son roman. 

Aujourd’hui, la plupart des adolescents passe son temps sur des écrans. Cela n’empêche pas ces jeunes adultes d’être à l’affût de l’actualité. Il suffit pour cela d’observer leurs commentaires sur les réseaux sociaux. Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises lectures. Il faut laisser la liberté à votre adolescent de choisir le type de média qu’il souhaite s’approprier pour lire. Votre enfant doit prendre du plaisir à lire. C’est le seul accès possible au savoir, au sens critique et à l’ouverture sur le monde. Lire, c’est aussi améliorer le niveau syntaxique, le niveau d’orthographe et le vocabulaire. Accompagner l’enfant à lire fait partie de l’éducation.

Je vous rappelle

Entretien Découverte

Remplissez le formulaire ci-dessous et je prendrai rendez-vous avec vous pour un premier entretien découverte.